Le stimulus

Toujours un peu pareil, fidèle à son signal,
Fourbe insurmontable, le malaise vagal.
Nausées et vertiges, chaleurs, suées, fourmis,
Il vient et c’est le drame : à moi l’hypoxie.

Quand d’aucuns vacillent devant un flot de sang,
Bien d’autres s’étouffent sous les vomissements.
S’il fait chaud, qu’on boit trop, c’est après l’apéro.
Ou à dix-huit heures dans la foule du métro…

Mon truc à moi, pourtant, c’est pas l’hémoglobine.
Ni les odeurs, les gens, ou encore la bibine.
Ah ! Il faut que je fasse mon intéressant…

C’est toute la douleur, du souffle à l’hurlement,
De ce cri retenu jusqu’aux draps qu’on agrippe,
De ces yeux malheureux, des mains qui vous attrapent,
De ces mines glacées et qui soudain se tordent,
Ces liquides qu’on extrait, et qui à chaque goutte,
Arrachent un soupir qui se meurt en silence…
Et ces milles douleurs font briller l’impuissance,
Des soignants confrontés au spectre qu’ils redoutent…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s