Accès de rage

Potage bouillonnant d’acide chlorhydrique
Abdomen grommelant, aux crampes frénétiques.
Je râle en agitant les flammes qui m’habitent
Et chauffent le venin que, las, je régurgite.

Maléfiques torsions et relents d’amertume
De ce bol corrosif, syndrome dyspeptique,
Et sa lente ascension vers une fin tragique
Dans une gorge à vif et pleine d’écume.

Se dressent violemment des envies de massacres
De ravages absolus, de visions écarlates :
Un carnage éternel ! Qu’importe les stigmates !

La vague déchaînée se meurt sur le rivage
Et rentre en ruisselant dans un océan sage.
Colère naguère n’est que souvenir âcre.

 

Publicités